Actualité du chantier

Actualité du chantier

L’hôtel de Ville retrouve plafonds et moulures


Pas de commentaire

Au terme de plusieurs années de gros œuvres, le chantier de l’hôtel de Ville est entré dans une phase de reconstruction des éléments décoratifs de la partie classée du bâtiment. Au mois de janvier 2019, les plâtriers-staffeurs sont donc entrés en action pour restituer les plafonds et les corniches en plâtre des salles historiques.

Plafonds et moulures à l’identique

La difficulté du travail réalisé, à l’instar de celui accompli par les menuisiers ou les sculpteurs, est de redonner à des espaces emblématiques tels que le bureau du Maire, la salle bleue, la salle du Conseil ou encore le cabinet de Jean Guiton leur parure d’origine. La reconstruction de l’hôtel de Ville, supervisée par M. Philippe Villeneuve, architecte en chef des Monuments historiques, impose en effet une restauration à l’identique de toutes les parties classées. Les artisans de la société Créastaff, basée à Couëron en Loire-Atlantique, se sont donc attelés à assurer la mission de plâtrerie gypserie en respectant scrupuleusement ce cahier des charges.

Le langage du plâtrier

La gypserie est une décoration d’intérieur que l’on retrouve dans notre hôtel de Ville comme dans de nombreux édifices historiques. Il s’agit de moulures ou de sculptures en gypse, une matière qui est cuite et broyée pour devenir de la poudre de plâtre. Mélangée à de l’eau, cette poudre est ensuite appliquée sur des surfaces planes comme des plafonds. Le mélange peut également être moulé et armé pour devenir un staff, c’est à dire un élément de décor comme une corniche ou une statue.

Des plâtriers staffeurs sur le chantier de l’hôtel de Ville

Dans le cas de l’hôtel de Ville de La Rochelle, les plâtriers ont entamé le chantier en projetant sur les plafonds, préparés préalablement, une première couche de plâtre. Après avoir lissé l’ensemble et appliqué une couche de toile de verre pour renforcer — l’opération étant reproduite sur deux épaisseurs — un lissage méticuleux a été réalisé pour obtenir un résultat définitif. L’étape suivante a consisté dans la pose des corniches en staff moulées et renforcées (à l’aide de filasse de sisal) dans les ateliers de Créastaff sur le modèle des décors d’origine des pièces du bâtiment. Ces éléments ornementaux ont apporté la touche finale

 

Le travail des plâtriers staffeurs en vidéo : lien vidéo #14

 

Actualité du chantier

Suivre les travaux en réalité augmentée


Pas de commentaire

Découvrez, à l’aide de votre smartphone ou de votre tablette, les travaux de l’hôtel de ville en réalité augmentée. Mode d’emploi

CibleJournalVilleNov2018-1100px

1 – Téléchargez l’application SnapPress (gratuite) sur votre smartphone ou tablette ;

2 – Placez votre téléphone sur les trois photos ci-dessus ;

3 – Appuyez sur l’écran de votre téléphone ;

4 – Découvrez des contenus exclusifs.

 

 

 

Actualité du chantier

Mickaël Masseteau, compagnon de la pierre


Pas de commentaire

Tailleur de pierre de profession. Restaurateur de monuments historiques par passion. Ce Compagnon de Saint-Jacques oeuvre aujourd’hui à la renaissance de notre Hôtel de Ville.

La Rochelle Le journal – N° 123 – Mai 2018
Photo : Julien Chauvet  |  Textes : Yann Vrignaud 

Fort Boyard, tour Saint-Nicolas, tour de la Chaîne, cathédrale Saint-Louis et maintenant Hôtel de Ville : Mickaël Masseteau aime mettre les mains dans les vieilles pierres. À La Rochelle et ailleurs.

Après l’obtention d’un CAP, d’un Brevet Professionnel et l’expérience d’un premier boulot de tailleur de pierre « ennuyeux car répétitif », le maître-ouvrier a mis son expertise-métier au service des monuments en péril. Ainsi, depuis plus d’une année et pour encore autant de temps, Mickaël et son équipe d’une dizaine de Compagnons de Saint-Jacques, la société rochelaise spécialisée dans la restauration de patrimoine ancien, s’applique à redonner ses lettres de noblesse à l’Hôtel de Ville de La Rochelle, partiellement détruit lors de l’incendie du 28 juin 2013.

Alors, pierre par pierre, lucarne par lucarne, pilier par pilier, bas-relief par bas-relief, sculpture par sculpture, les artisans qualifiés cisèlent, grattent, martèlent, peaufinent pour rendre à l’historique bâtiment sa majesté originelle. Pas question d’interpréter, de « tricher » avec l’histoire : quand il sera dévoilé au grand jour à l’horizon 2019, le monument devra ressembler dans le détail à ce qu’il était au moment de sa construction au 16e siècle. Foi d’expert en restauration de monuments historiques.