Un peu d’histoire

En 1298, les membres du corps de Ville de La Rochelle achètent cinq maisons et leur jardin pour y dresser leur premier hôtel de Ville. Il est reconstruit vers 1490, entouré d’une muraille à créneaux, mâchicoulis et tour d’angle : une architecture pseudo-fortifiée, à l’abondant décor sculpté, qui se veut la matérialisation de la puissance et de la richesse d’une ville en pleine expansion

Le festin hors série  « La Rochelle en 101 sites et monuments »
Photos : Julien Chauvet  |  Texte : Richard Levesque

La maison des Rochelais

Au XVIe siècle, La Rochelle, capitale de la France protestante, rayonne sur le plan politique, commercial et s’engage dans de grands travaux : enceinte à bastions, « Ville Neuve », grand temple et présidial sortent de terre presque simultanément, en même temps que des dizaines de demeures particulières. Derrière des murailles gothiques flamboyantes, conservées pour des raisons symboliques, l’Hôtel de Ville va, lui aussi, être repris en totalité sur une dizaine d’années : d’abord par le pavillon nord et son élévation antiquisante à trois niveaux, en 1595, puis par un escalier extérieur à loggia, et enfin par la « grande salle de l’échevinage ». Ses travées monumentales, à lucarnes savantes et colonnes corinthiennes cannelées, encadrent toujours les sculptures de trois des vertus cardinales, Tempérance, Force et Justice.

Statue Jean Guiton.png
Statue de Jean Guiton, place de l’Hôtel de Ville

L’énorme chantier Renaissance s’achève en 1607 par la construction, rue des Gentilshommes, de la « Chambre des échevins ». Le bâtiment étroit, couronné par un balcon aux consoles démesurées, semble la transposition inédite du « château » des vaisseaux huguenots, qui faisaient alors la fortune de la ville. Il abrite le « centre de commandement » ou plutôt le bureau du maire.

Depuis la fin du XIXe siècle, on y commémore à l’étage le plus célèbre d’entre eux, Jean Guiton, qui a défendu la ville pendant le Siège de 1627-1628 contre les troupes royales. Sa statue, en partie offerte par la ville américaine de New Rochelle, fondée en 1688 par des huguenots rochelais, se dresse depuis 1911 sur la place de l’Hôtel de Ville face au portail principal.

Le plus vieil hôtel de ville encore en fonction

MLRC_002455_HD.jpg
Statue d’Henri IV en faïence polychrome en haut de l’escalier de la cour

Les ultimes travaux datent du dernier tiers du XIXe siècle et de l’architecte Juste Lisch. De son gigantesque projet, qui prévoyait la construction d’un Hôtel de Ville neuf adossé à l’ancien, on autorise uniquement des extensions néo-Renaissance au sud des murailles médiévales et en prolongement de la Chambre des échevins. En façade, il transforme la tourelle d’angle en beffroi néogothique, alors que sur la cour, lors de la reprise de l’escalier et de sa loggia dominée par une faïence polychrome d’Henri IV, il allonge la façade d’une travée et complète le cycle des Vertus, avec la statue de Prudence.

Le vendredi 28 juin 2013, les restaurations engagées depuis de longs mois sur les façades intérieures de l’Hôtel de Ville de La Rochelle arrivent à leur terme ; les échafaudages doivent être démontés quelques semaines après. Peu avant 14 heures, les alarmes incendie se déclenchent et des fumées, et bien vite des flammes, surgissent du toit. Le personnel est rapidement évacué, sain et sauf, ainsi que les œuvres d’art sorties in extremis avant que les hauts combles ne s’embrasent totalement et ne s’effondrent en entraînant le premier niveau. Les bâtiments Renaissance, les plus touchés, ne seront sauvés d’une destruction irréversible que grâce aux efforts de soixante pompiers, qui lutteront sans relâche jusqu’au samedi matin. En juin 2017, tailleurs de pierre, sculpteurs, charpentiers, couvreurs et menuisiers s’affairent sous la houlette de l’architecte en chef des Monuments historiques. Le plus vieil hôtel de Ville français encore en fonction est sauvé.