Travaux

Le bureau de Jean Guiton, toujours là

Il fut l’âme de la résistance huguenote au terrible siège imposé à La Rochelle par Richelieu, du 10 septembre 1627 au 28 octobre 1628. Issu d’une famille de riches négociants, neveu, petit-fils et fils de maires, Jean Guiton avait été élu à son tour en avril 1628. Inflexible, il menaça, un jour de colère, de tuer quiconque parlerait de se rendre. Et

Le bureau du maire

Afin de conserver l’aspect du bureau du Maire, tous les anciens décors en bois ont été déposés. Calepinés et numérotés, toutes les pièces de bois en chêne ont pris le chemin des ateliers du menuisier. Après nettoyage et restauration, elles seront reposés au même endroit.

La pose des tapisseries

Les tapisseries existantes ont été déposées. Il a fallu procéder à la dépollution des toiles c’est-à-dire à l’enlèvement de la céruse à base de plomb fréquemment utilisée autrefois avant de les envoyer en atelier pour restauration. Elles ont ensuite été reposées sur un support inerte. Et les images montrent les dernières retouches faites sur place

Le minutieux travail des peintres

L’Hôtel de Ville comportait de nombreux décors peints sur bois, notamment le plafond de la salle des Fêtes. Tout a été restauré ou refait afin de restituer les décors d’origine.

La nouvelle salle du Conseil municipal

Dans les combles, qui abritaient avant l’incendie, des archives, la charpente a été modifiée pour permettre l’aménagement d’une nouvelle salle du Conseil municipal. La charpente traditionnelle a donc cédée la place à une charpente en ogive. Les élus prendront place autour d’une table disposée en U sur deux rangs. Les sièges pour le public seront

La pose de la charpente

Quelques images du travail des charpentiers pour refaire des charpentes traditionnelles à l’identique de celles avant l’incendie.

La taille des pierres et la restauration des sculptures

Les tailleurs de pierre remplacent les pierres structurelles de l’édifice en choisissant des pierres aux caractéristiques mécaniques et esthétiques les plus proches de l’existant. Les sculpteurs restituent les décors fidèlement à l’original.